Cover Lady Rosa I
Nathalie Ronvaux
Moi, je suis Rosa !
En langue francaise
Erscheinungsdatum: 02.05.2022
56 pages, 19 x 11 cm
Broché avec rabats
ISBN 978-99959-43-44-8
10,00 €
Im Buchhandel oder direkt bei capybarabooks (zzgl. Versandkosten) erhältlich:
contact@capybarabooks.com

Un plaidoyer féministe pour la tolérance

Plusieurs années après le mouvement #metoo, ce monologue percutant donne la parole à Lady Rosa, une œuvre féministe dont l’installation dans l’espace public a divisé le Luxembourg.

En 2001, la sculpture Lady Rosa of Luxembourg de l’artiste Sanja Ivekoviƈ – une version enceinte de la Gëlle Fra, Monument du Souvenir inauguré en 1923 et dressé à la mémoire des soldats luxembourgeois morts lors de la Première Guerre mondiale – défraye la chronique et, en quelques jours seulement, la presse s’emballe et l’œuvre est violemment critiquée dans les courriers de lecteurs et les éditoriaux.

Vingt ans plus tard, alors que la parole des femmes se libère, Lady Rosa est de retour et prend vie sur scène. Avec un brin de naïveté et d’humour, elle nous emmène à travers les époques et les lieux, interrogeant les raisons de cette violente polémique.

 

L'auteure

Née en 1977 à Luxembourg, Nathalie Ronvaux aime expérimenter divers genres littéraires comme la poésie, le théâtre et la prose. Impliquée dans de multiples événements et performances à la fois littéraires et culturels, elle a été plusieurs fois récompensée pour son travail. Elle travaille depuis 2017 à la Kulturfabrik à Esch-sur-Alzette tout en continuant d’exercer son activité d’écrivaine.

Pressestimmen

« De ‹monument honteux›, vingt ans après, Rosa se révèle magnifique et drôle, pudique et engagée, et surtout ‹elle›. Moi, je suis Rosa ! se fonde sur une histoire controversée mais amène tout autre chose : un récit sur ce que nous sommes, sur l’identité, la tolérance…» D’Lëtzebuerger Land

« Le propos de Nathalie Ronvaux n’est pas simplement documentaire, session de rattrapage. Non, il est poussé par un souffle d’écriture qui culmine, lyrique-épique, dans ses dernières pages en litanie: ‹je suis la femme qui…› ; et défilent alors toutes ces femmes qui ont été, sont et devraient être. » Luxemburger Wort

« Un plaidoyer féministe pour la tolérance, l’égalité et un pamphlet contre toute manifestation de violence et de haine. » Tageblatt